Archives par mot-clé : usagers

De l’intervention sociologique à la démocratie dite participative en passant par le goût de l’observation (ou inversement)

Il s’agit de présenter ici rapidement des livres issus de la recherche en sciences sociales qui nous ont inspiré et aidé à répondre à l’appel d’offres du Ministère de l’écologie (PUCA) fin 2013. Il s’agit aussi de lectures ultérieures en cours de projet, qui peuvent nourrir les chercheurs ou les habitants qui ont bien voulu s’intéresser à notre travail.

Couramment, la recherche en sciences sociales ou les sciences appliquées (urbanisme, aménagement du territoire) ne font pas des habitants des partenaires inscrits dans une relation égalitaire ou équilibrée avec les professionnels et les élus. De même, professionnels et élus n’ont pas la même culture, ni les mêmes intérêts. Dans l’ouvrage collectif L’implication des habitants dans la fabrication de la ville : métiers et pratiques en question (Biau, Fenker et Macaire, Ramau 6 novembre 2013, éditions de la Villette), les auteurs dressent un constat sévère des procédures participatives, quelles soient obligatoires ou volontaires. La très forte résistance des cultures professionnelles à un échange avec les habitants interroge notamment les modes de formation et de reproduction des différentes spécialités. Les dispositifs étudiés montrent que l’échelle temporelle et spatiale des dispositifs et la compression des sujets de délibération empêchent toute coproduction et jettent le soupçon sur la plupart de ces dispositifs. En contrepoint, la première partie intitulée « la montée de l’expertise habitante » montre comment la dépolitisation et l’incompétence habitantes ne peuvent être tenues pour vraies et que le maintien du « grand partage » entre « savoir profane » et « savoir savant » (l’expertise) est largement responsable de cette dérive occupationnelle de la démocratie dite participative. Les habitants et leur habiter sont disqualifiés et découpés en morceaux : riverains, usagers, profanes, électeurs, etc. Continuer la lecture de De l’intervention sociologique à la démocratie dite participative en passant par le goût de l’observation (ou inversement)

Notre travail dans la Vallée du Gier

Définir la ville ordinaire ?

Nous ne savons pas exactement ce qu’est la ville ordinaire, sinon qu’elle est elle-même, par hypothèse, un espace de la diversité. Nous ne confondons pas ordinaire et normatif, ordinaire et pauvreté, ordinaire et laideur, ordinaire et déficit. Nous ne faisons pas non plus de l’ordinaire le meilleur de la ville, dans un renversement du stigmate. Nous voyons plutôt ordinairement l’ordinaire, au sens de la richesse intrinsèque de l’expérience urbaine. Ordinaire et singularité (de l’individu, de la micro-société, etc.) cohabitent. Il y a donc un intérêt à une approche partagée et habitante.

Nous nous intéressons ici plus particulièrement aux espaces ordinaires loin du centre métropolitain, espaces péri-urbains, diffus ou axés, flous. Nous nous intéressons à ces territoires qui sont proches de la limite métropolitaine. Celle-ci pensée en tant qu’espace frontalier plus que barrière est intéressante et multiforme : aubaines, passages, circulations, dégradés, friches, interstices, espaces intermédiaires, zones, centralités et flux secondaires, contrastes, arrangements, résilience, flottements, etc.

C’est un espace métropolitain périphérique, mais dont les habitants et travailleurs semblent largement muets dans le grand bruit médiatique de la métropole. Dans cette optique, le choix de la vallée du Gier entre les métropoles stéphanoise et lyonnaise nous paraît particulièrement heuristique. Continuer la lecture de Notre travail dans la Vallée du Gier