Archives par mot-clé : relations

De l’intervention sociologique à la démocratie dite participative en passant par le goût de l’observation (ou inversement)

Il s’agit de présenter ici rapidement des livres issus de la recherche en sciences sociales qui nous ont inspiré et aidé à répondre à l’appel d’offres du Ministère de l’écologie (PUCA) fin 2013. Il s’agit aussi de lectures ultérieures en cours de projet, qui peuvent nourrir les chercheurs ou les habitants qui ont bien voulu s’intéresser à notre travail.

Couramment, la recherche en sciences sociales ou les sciences appliquées (urbanisme, aménagement du territoire) ne font pas des habitants des partenaires inscrits dans une relation égalitaire ou équilibrée avec les professionnels et les élus. De même, professionnels et élus n’ont pas la même culture, ni les mêmes intérêts. Dans l’ouvrage collectif L’implication des habitants dans la fabrication de la ville : métiers et pratiques en question (Biau, Fenker et Macaire, Ramau 6 novembre 2013, éditions de la Villette), les auteurs dressent un constat sévère des procédures participatives, quelles soient obligatoires ou volontaires. La très forte résistance des cultures professionnelles à un échange avec les habitants interroge notamment les modes de formation et de reproduction des différentes spécialités. Les dispositifs étudiés montrent que l’échelle temporelle et spatiale des dispositifs et la compression des sujets de délibération empêchent toute coproduction et jettent le soupçon sur la plupart de ces dispositifs. En contrepoint, la première partie intitulée « la montée de l’expertise habitante » montre comment la dépolitisation et l’incompétence habitantes ne peuvent être tenues pour vraies et que le maintien du « grand partage » entre « savoir profane » et « savoir savant » (l’expertise) est largement responsable de cette dérive occupationnelle de la démocratie dite participative. Les habitants et leur habiter sont disqualifiés et découpés en morceaux : riverains, usagers, profanes, électeurs, etc. Continuer la lecture de De l’intervention sociologique à la démocratie dite participative en passant par le goût de l’observation (ou inversement)

La vallée du Gier dans l’espace métropolitain

La Vallée du Gier

Au pied des coteaux du Pilat, sur une étendue linéaire de 30 km reliant les deux métropoles de Lyon et Saint-Étienne, la vallée du Gier est le deuxième axe de circulation TER en France (trafic annuel de 4 millions de voyages). Pour le passant motorisé (route ou train) qui emprunte la vallée du Gier par le TER ou l’A47, ce qui frappe et qui soutient le regard, c’est certainement ce paysage agro-industriel tout en contrastes paysagers et symétrie, d’ordre contemporain et urbain que le faisceau linéaire a finalement réussi à inscrire dans les imaginaires.

Au Km 4, dans l’un des virages autoroutiers de l’A47, l’un des plus dangereux de France, on découvre sur les coteaux une agriculture extensive, plus loin, la rivière creuse des gorges et, plus bas, avant l’arrivée du TER en gare de Givors, on aperçoit furtivement le lit majeur et dégagé du Gier. Enchainement de formes et de paysages « naturels » saisissants, cette autoroute est l’une des plus parcourues de France, le périurbain frappe à la porte – de la ville ordinaire à l’état pur.

Sur l’autoroute, au point de passage entre Rive-de-Gier et Givors – au travers d’une zone commerciale étouffante et saturée – on voit derrière les coteaux agricoles du Jarez les premières vignes. Non loin de là on cultive les vins prestigieux de Condrieu. Le contraste est saisissant avec des logiques urbaines reconnaissables. De part en part de cette ligne de vie, le patrimoine post-industriel est toujours excessivement présent et montre une industrie qui persiste, mais ne cesse de décliner sans réussir à disparaitre totalement. Le passé est bruyant et l’ordinaire métropolitain contemporain aussi. Continuer la lecture de La vallée du Gier dans l’espace métropolitain