Archives par mot-clé : identités

La vallée du Gier dans l’espace métropolitain

La Vallée du Gier

Au pied des coteaux du Pilat, sur une étendue linéaire de 30 km reliant les deux métropoles de Lyon et Saint-Étienne, la vallée du Gier est le deuxième axe de circulation TER en France (trafic annuel de 4 millions de voyages). Pour le passant motorisé (route ou train) qui emprunte la vallée du Gier par le TER ou l’A47, ce qui frappe et qui soutient le regard, c’est certainement ce paysage agro-industriel tout en contrastes paysagers et symétrie, d’ordre contemporain et urbain que le faisceau linéaire a finalement réussi à inscrire dans les imaginaires.

Au Km 4, dans l’un des virages autoroutiers de l’A47, l’un des plus dangereux de France, on découvre sur les coteaux une agriculture extensive, plus loin, la rivière creuse des gorges et, plus bas, avant l’arrivée du TER en gare de Givors, on aperçoit furtivement le lit majeur et dégagé du Gier. Enchainement de formes et de paysages « naturels » saisissants, cette autoroute est l’une des plus parcourues de France, le périurbain frappe à la porte – de la ville ordinaire à l’état pur.

Sur l’autoroute, au point de passage entre Rive-de-Gier et Givors – au travers d’une zone commerciale étouffante et saturée – on voit derrière les coteaux agricoles du Jarez les premières vignes. Non loin de là on cultive les vins prestigieux de Condrieu. Le contraste est saisissant avec des logiques urbaines reconnaissables. De part en part de cette ligne de vie, le patrimoine post-industriel est toujours excessivement présent et montre une industrie qui persiste, mais ne cesse de décliner sans réussir à disparaitre totalement. Le passé est bruyant et l’ordinaire métropolitain contemporain aussi. Continuer la lecture de La vallée du Gier dans l’espace métropolitain

[livraison 1, 20 février 2014]

Tentative d’immersion

Février 2014, c’est mon troisième passage en vallée du Gier, quelques jours entre Givors et Saint-Chamond. Le territoire n’est pas construit comme un espace touristique, il n’offre pas ou marginalement de cadre standardisé pour être saisi positivement par le visiteur. Construit partiellement comme espace de transit entre deux métropoles, voire entre Ouest et Est de la France (l’A47, le TER), le territoire est néanmoins mis en scène depuis ces circulations que l’on sait importantes et même saturées. De là vient sans doute la mauvaise image souvent véhiculée par des personnes extérieures à la vallée et l’ayant traversée en voiture : un urbanisme calamiteux, un trafic dense, un enfermement, des traces industrielles et rurales déjà à l’abandon, la déréliction d’un territoire. Celui-ci s’apprécie donc autrement. D’abord par des circulations à d’autres échelles et qui s’éloignent du simple transit, et par la parole, c’est-à-dire les gens qui font, qui sont du territoire. Continuer la lecture de [livraison 1, 20 février 2014]