Archives par mot-clé : guide indigène

[livraison 3, 19 avril 2014, bis]

Esquisse d’un outil

Nous connaissons « l’artiste en résidence », beaucoup de territoires se sont emparés de cet outil né du croisement de la grande culture et de l’éducation populaire dans des politiques culturelles territorialisées, avec des optiques et des effets variables.
Nous connaissons le chercheur immergé en observation participante et mode ethnographique, pratiquant cet art de la disparition qu’on se meut de plus en plus relocalisé, indigénisé et slow-science (un acte qui serait peut-être aujourd’hui une prise de risque pour une carrière ultérieure).
Nous connaissons aussi les parachutages, les « descentes », la « recherche-commando » et même hors-sol, souvent mieux rémunérée et s’appuyant sur d’autres registres. Et toutes les figures intermédiaires, celle, indigène, du chercheur de/dans son propre territoire, comme celle de la commande publique locale cherchant à certifier un processus, un projet de territoire. « Marie-Antoinette » en est une autre, qui joue à la paysanne à Versailles. Cette figure du chercheur qui voudrait en être plus qu’il n’en est réellement vaut bien dans l’imposture celle du chercheur qui ne salit ni ses mains, ni ses chaussures.
Notre projet est aussi de dépasser « Marie-Antoinette » par un compagnonnage associant présentiel discontinu et relation numérique à distance potentiellement plus continue, avec des acteurs locaux prenant la recherche comme une ressource mobilisable par eux et pour leurs propres objectifs. Penser la recherche et la nébuleuse universitaire comme des ressources pour les habitants est peut-être novateur, mais oblige aussi à l’invention des outils qui la rendraient praticable, à différentes échelles.

Continuer la lecture de [livraison 3, 19 avril 2014, bis]

[livraison 2, 19 avril 2014]

Retour critique

Avril 2014, quatrième passage en vallée du Gier : revoir des personnes déjà rencontrées, approfondir l’échange et le soumettre à un retour critique collectif d’habitants, aller où nous ne nous sommes pas encore allés et parler avec qui nous n’avons pas encore parlé. Identifier les biais de toutes les sortes pour les réduire. Laver notre ligne sale de chercheurs en groupe de recherche [cette semaine, Aziz, Jean-Michel, Fanny et moi-même sur place, au loin un informaticien], écouter, se montrer, dire, observer, imaginer, énoncer, renoncer, reformuler, stabiliser, tester, accepter la pluralité tout en fabriquant un outil commun lisible pour nos interlocuteurs. Donner des ordres de grandeur plausibles et des lignes de désir suffisantes pour conduire une action partagée sur l’année qui vient (septembre 2014 à juin 2015). Nous donner comme ressources aux gens que nous rencontrons, comme ils acceptent de se donner eux-mêmes comme ressources à ce qu’on appelle « la recherche ». De cet échange peut naître cette pratique de « l’expertise partagée » que nous avions inventée et mobilisée pour répondre à l’appel d’offres du ministère de l’Écologie (anciennement de l’Équipement). Peut-être. Du moins, en l’absence de cet échange authentique, l’idée seule aura existé. Le fait qu’il s’agisse d’une recherche financée par l’État (le bureau d’études d’un Ministère), nous semble être reçu positivement, gage de sérieux et d’utilité sociale. De fait, même parmi les quelques interlocuteurs critiques ou sceptiques de la vallée (et/ou étonnés des raisons de notre choix de terrain), personne ne vient mettre en cause cet aspect d’une recherche publique, au contraire. Continuer la lecture de [livraison 2, 19 avril 2014]