Archives de catégorie : Chemin faisant

[livraison 5, 19 septembre 2014]

L’ouverture de la saison

Septembre 2014, nous ouvrons formellement la partie publique du projet de recherche. Un flyer tiré à 3000 exemplaires est dans nos bagages. L’agenda des événements se remplit peu à peu. Le labo, notre plate-forme numérique d’intégration des données est opérationnel, malgré des derniers bugs que nous corrigeons.

Vendredi 12 septembre, arrivée solitaire du chercheur, géographe et animateur d’atelier d’écriture (notamment) à la gare de Givors, après le transfert de charge TGV/TER à Lyon Part-Dieu, un moment qui reste systématiquement de cohue (la gare lyonnaise devenue surchargée ou sous-dimensionnée, selon le point de vue et dont j’éprouve la saturation sécuritaire à chaque trajet), mais aussi de grande incertitude paysagère. Depuis les quais, la tour Part-Dieu (« le crayon ») semble exemplaire de la fragilité de l’architecture iconique, projetant dans les airs de 2014 une skyline très dégradée d’aire d’autoroute, entre le resto-grill et l’entrepôt, au cœur de la seconde agglomération française. Les immeubles les plus proches confirment ce sentiment à forte subjectivité. Comment la modernité se conserve-t-elle ? Continuer la lecture de [livraison 5, 19 septembre 2014]

[livraison 4, 6 juillet 2014]

Le « travail » comme interaction

préambule : la relecture continue de toutes ces notes « chemin faisant » amènera sans doute d’autres doutes sur nos répétitions ou enferrements, mais écrire sensiblement et immédiatement est ici et pour le moment privilégié. « Chemin faisant », c’est un retour immédiat et subjectif sur une semaine passée dans la vallée.

Qu’est-ce qui fait « travail » dans un projet de recherche en sciences sociales ? Ici, nous mesurons combien le travail entre les chercheurs est nécessaire à l’avancement du travail avec les habitants, lesquels permettent simultanément aux chercheurs d’avancer. Les (des) habitants parlent au même moment entre eux des chercheurs, de ce qu’ils sont et du sens de leur présence. De fait, la recherche est bien une interaction et non une action surplombante de « l’extériorité scientifique ». L’interaction (faible et forte), c’est la forme principale du processus, c’est ce qui fait « travail » sans nul doute et qui, certainement occupe la majeure partie du temps de cette recherche. Le programme de cette semaine est de finaliser l’offre publique de la recherche-action qui sera publicisée à partir de septembre prochain. La finaliser entre nous, chercheurs, et par des rencontres avec quelques acteurs locaux déjà rencontrés et fortement investis sur le territoire. La question des ressources échangées dans ces interactions paraît fondamentale : ressources contre ressources ? Cela répond peut-être humblement à la crise de confiance envers la recherche, voire envers l’action publique extérieure, relevée et argumentée par Jean Peneff dans Le goût de l’observation, par Guillaume Faburel dans La place des habitants dans la fabrique de la ville, par Marie Cartier et consorts dans La France des « petits-moyens, enquête sur la banlieue pavillonnaire ou par Fanny lorsqu’elle évoque avec nous les rencontres récentes entre les mondes de l’université de Grenoble et du quartier d’habitat social de Villeneuve séparés par une simple rue, dans un contexte « post-événements urbains». Continuer la lecture de [livraison 4, 6 juillet 2014]

Notre travail dans la Vallée du Gier

Définir la ville ordinaire ?

Nous ne savons pas exactement ce qu’est la ville ordinaire, sinon qu’elle est elle-même, par hypothèse, un espace de la diversité. Nous ne confondons pas ordinaire et normatif, ordinaire et pauvreté, ordinaire et laideur, ordinaire et déficit. Nous ne faisons pas non plus de l’ordinaire le meilleur de la ville, dans un renversement du stigmate. Nous voyons plutôt ordinairement l’ordinaire, au sens de la richesse intrinsèque de l’expérience urbaine. Ordinaire et singularité (de l’individu, de la micro-société, etc.) cohabitent. Il y a donc un intérêt à une approche partagée et habitante.

Nous nous intéressons ici plus particulièrement aux espaces ordinaires loin du centre métropolitain, espaces péri-urbains, diffus ou axés, flous. Nous nous intéressons à ces territoires qui sont proches de la limite métropolitaine. Celle-ci pensée en tant qu’espace frontalier plus que barrière est intéressante et multiforme : aubaines, passages, circulations, dégradés, friches, interstices, espaces intermédiaires, zones, centralités et flux secondaires, contrastes, arrangements, résilience, flottements, etc.

C’est un espace métropolitain périphérique, mais dont les habitants et travailleurs semblent largement muets dans le grand bruit médiatique de la métropole. Dans cette optique, le choix de la vallée du Gier entre les métropoles stéphanoise et lyonnaise nous paraît particulièrement heuristique. Continuer la lecture de Notre travail dans la Vallée du Gier

[livraison 3, 19 avril 2014, bis]

Esquisse d’un outil

Nous connaissons « l’artiste en résidence », beaucoup de territoires se sont emparés de cet outil né du croisement de la grande culture et de l’éducation populaire dans des politiques culturelles territorialisées, avec des optiques et des effets variables.
Nous connaissons le chercheur immergé en observation participante et mode ethnographique, pratiquant cet art de la disparition qu’on se meut de plus en plus relocalisé, indigénisé et slow-science (un acte qui serait peut-être aujourd’hui une prise de risque pour une carrière ultérieure).
Nous connaissons aussi les parachutages, les « descentes », la « recherche-commando » et même hors-sol, souvent mieux rémunérée et s’appuyant sur d’autres registres. Et toutes les figures intermédiaires, celle, indigène, du chercheur de/dans son propre territoire, comme celle de la commande publique locale cherchant à certifier un processus, un projet de territoire. « Marie-Antoinette » en est une autre, qui joue à la paysanne à Versailles. Cette figure du chercheur qui voudrait en être plus qu’il n’en est réellement vaut bien dans l’imposture celle du chercheur qui ne salit ni ses mains, ni ses chaussures.
Notre projet est aussi de dépasser « Marie-Antoinette » par un compagnonnage associant présentiel discontinu et relation numérique à distance potentiellement plus continue, avec des acteurs locaux prenant la recherche comme une ressource mobilisable par eux et pour leurs propres objectifs. Penser la recherche et la nébuleuse universitaire comme des ressources pour les habitants est peut-être novateur, mais oblige aussi à l’invention des outils qui la rendraient praticable, à différentes échelles.

Continuer la lecture de [livraison 3, 19 avril 2014, bis]

[livraison 2, 19 avril 2014]

Retour critique

Avril 2014, quatrième passage en vallée du Gier : revoir des personnes déjà rencontrées, approfondir l’échange et le soumettre à un retour critique collectif d’habitants, aller où nous ne nous sommes pas encore allés et parler avec qui nous n’avons pas encore parlé. Identifier les biais de toutes les sortes pour les réduire. Laver notre ligne sale de chercheurs en groupe de recherche [cette semaine, Aziz, Jean-Michel, Fanny et moi-même sur place, au loin un informaticien], écouter, se montrer, dire, observer, imaginer, énoncer, renoncer, reformuler, stabiliser, tester, accepter la pluralité tout en fabriquant un outil commun lisible pour nos interlocuteurs. Donner des ordres de grandeur plausibles et des lignes de désir suffisantes pour conduire une action partagée sur l’année qui vient (septembre 2014 à juin 2015). Nous donner comme ressources aux gens que nous rencontrons, comme ils acceptent de se donner eux-mêmes comme ressources à ce qu’on appelle « la recherche ». De cet échange peut naître cette pratique de « l’expertise partagée » que nous avions inventée et mobilisée pour répondre à l’appel d’offres du ministère de l’Écologie (anciennement de l’Équipement). Peut-être. Du moins, en l’absence de cet échange authentique, l’idée seule aura existé. Le fait qu’il s’agisse d’une recherche financée par l’État (le bureau d’études d’un Ministère), nous semble être reçu positivement, gage de sérieux et d’utilité sociale. De fait, même parmi les quelques interlocuteurs critiques ou sceptiques de la vallée (et/ou étonnés des raisons de notre choix de terrain), personne ne vient mettre en cause cet aspect d’une recherche publique, au contraire. Continuer la lecture de [livraison 2, 19 avril 2014]

[livraison 1, 20 février 2014]

Tentative d’immersion

Février 2014, c’est mon troisième passage en vallée du Gier, quelques jours entre Givors et Saint-Chamond. Le territoire n’est pas construit comme un espace touristique, il n’offre pas ou marginalement de cadre standardisé pour être saisi positivement par le visiteur. Construit partiellement comme espace de transit entre deux métropoles, voire entre Ouest et Est de la France (l’A47, le TER), le territoire est néanmoins mis en scène depuis ces circulations que l’on sait importantes et même saturées. De là vient sans doute la mauvaise image souvent véhiculée par des personnes extérieures à la vallée et l’ayant traversée en voiture : un urbanisme calamiteux, un trafic dense, un enfermement, des traces industrielles et rurales déjà à l’abandon, la déréliction d’un territoire. Celui-ci s’apprécie donc autrement. D’abord par des circulations à d’autres échelles et qui s’éloignent du simple transit, et par la parole, c’est-à-dire les gens qui font, qui sont du territoire. Continuer la lecture de [livraison 1, 20 février 2014]