Archives de catégorie : Accueil

[livraison 5, 19 septembre 2014]

L’ouverture de la saison

Septembre 2014, nous ouvrons formellement la partie publique du projet de recherche. Un flyer tiré à 3000 exemplaires est dans nos bagages. L’agenda des événements se remplit peu à peu. Le labo, notre plate-forme numérique d’intégration des données est opérationnel, malgré des derniers bugs que nous corrigeons.

Vendredi 12 septembre, arrivée solitaire du chercheur, géographe et animateur d’atelier d’écriture (notamment) à la gare de Givors, après le transfert de charge TGV/TER à Lyon Part-Dieu, un moment qui reste systématiquement de cohue (la gare lyonnaise devenue surchargée ou sous-dimensionnée, selon le point de vue et dont j’éprouve la saturation sécuritaire à chaque trajet), mais aussi de grande incertitude paysagère. Depuis les quais, la tour Part-Dieu (« le crayon ») semble exemplaire de la fragilité de l’architecture iconique, projetant dans les airs de 2014 une skyline très dégradée d’aire d’autoroute, entre le resto-grill et l’entrepôt, au cœur de la seconde agglomération française. Les immeubles les plus proches confirment ce sentiment à forte subjectivité. Comment la modernité se conserve-t-elle ? Continuer la lecture de [livraison 5, 19 septembre 2014]

[livraison 4, 6 juillet 2014]

Le « travail » comme interaction

préambule : la relecture continue de toutes ces notes « chemin faisant » amènera sans doute d’autres doutes sur nos répétitions ou enferrements, mais écrire sensiblement et immédiatement est ici et pour le moment privilégié. « Chemin faisant », c’est un retour immédiat et subjectif sur une semaine passée dans la vallée.

Qu’est-ce qui fait « travail » dans un projet de recherche en sciences sociales ? Ici, nous mesurons combien le travail entre les chercheurs est nécessaire à l’avancement du travail avec les habitants, lesquels permettent simultanément aux chercheurs d’avancer. Les (des) habitants parlent au même moment entre eux des chercheurs, de ce qu’ils sont et du sens de leur présence. De fait, la recherche est bien une interaction et non une action surplombante de « l’extériorité scientifique ». L’interaction (faible et forte), c’est la forme principale du processus, c’est ce qui fait « travail » sans nul doute et qui, certainement occupe la majeure partie du temps de cette recherche. Le programme de cette semaine est de finaliser l’offre publique de la recherche-action qui sera publicisée à partir de septembre prochain. La finaliser entre nous, chercheurs, et par des rencontres avec quelques acteurs locaux déjà rencontrés et fortement investis sur le territoire. La question des ressources échangées dans ces interactions paraît fondamentale : ressources contre ressources ? Cela répond peut-être humblement à la crise de confiance envers la recherche, voire envers l’action publique extérieure, relevée et argumentée par Jean Peneff dans Le goût de l’observation, par Guillaume Faburel dans La place des habitants dans la fabrique de la ville, par Marie Cartier et consorts dans La France des « petits-moyens, enquête sur la banlieue pavillonnaire ou par Fanny lorsqu’elle évoque avec nous les rencontres récentes entre les mondes de l’université de Grenoble et du quartier d’habitat social de Villeneuve séparés par une simple rue, dans un contexte « post-événements urbains». Continuer la lecture de [livraison 4, 6 juillet 2014]

De l’intervention sociologique à la démocratie dite participative en passant par le goût de l’observation (ou inversement)

Il s’agit de présenter ici rapidement des livres issus de la recherche en sciences sociales qui nous ont inspiré et aidé à répondre à l’appel d’offres du Ministère de l’écologie (PUCA) fin 2013. Il s’agit aussi de lectures ultérieures en cours de projet, qui peuvent nourrir les chercheurs ou les habitants qui ont bien voulu s’intéresser à notre travail.

Couramment, la recherche en sciences sociales ou les sciences appliquées (urbanisme, aménagement du territoire) ne font pas des habitants des partenaires inscrits dans une relation égalitaire ou équilibrée avec les professionnels et les élus. De même, professionnels et élus n’ont pas la même culture, ni les mêmes intérêts. Dans l’ouvrage collectif L’implication des habitants dans la fabrication de la ville : métiers et pratiques en question (Biau, Fenker et Macaire, Ramau 6 novembre 2013, éditions de la Villette), les auteurs dressent un constat sévère des procédures participatives, quelles soient obligatoires ou volontaires. La très forte résistance des cultures professionnelles à un échange avec les habitants interroge notamment les modes de formation et de reproduction des différentes spécialités. Les dispositifs étudiés montrent que l’échelle temporelle et spatiale des dispositifs et la compression des sujets de délibération empêchent toute coproduction et jettent le soupçon sur la plupart de ces dispositifs. En contrepoint, la première partie intitulée « la montée de l’expertise habitante » montre comment la dépolitisation et l’incompétence habitantes ne peuvent être tenues pour vraies et que le maintien du « grand partage » entre « savoir profane » et « savoir savant » (l’expertise) est largement responsable de cette dérive occupationnelle de la démocratie dite participative. Les habitants et leur habiter sont disqualifiés et découpés en morceaux : riverains, usagers, profanes, électeurs, etc. Continuer la lecture de De l’intervention sociologique à la démocratie dite participative en passant par le goût de l’observation (ou inversement)

La vallée du Gier dans l’espace métropolitain

La Vallée du Gier

Au pied des coteaux du Pilat, sur une étendue linéaire de 30 km reliant les deux métropoles de Lyon et Saint-Étienne, la vallée du Gier est le deuxième axe de circulation TER en France (trafic annuel de 4 millions de voyages). Pour le passant motorisé (route ou train) qui emprunte la vallée du Gier par le TER ou l’A47, ce qui frappe et qui soutient le regard, c’est certainement ce paysage agro-industriel tout en contrastes paysagers et symétrie, d’ordre contemporain et urbain que le faisceau linéaire a finalement réussi à inscrire dans les imaginaires.

Au Km 4, dans l’un des virages autoroutiers de l’A47, l’un des plus dangereux de France, on découvre sur les coteaux une agriculture extensive, plus loin, la rivière creuse des gorges et, plus bas, avant l’arrivée du TER en gare de Givors, on aperçoit furtivement le lit majeur et dégagé du Gier. Enchainement de formes et de paysages « naturels » saisissants, cette autoroute est l’une des plus parcourues de France, le périurbain frappe à la porte – de la ville ordinaire à l’état pur.

Sur l’autoroute, au point de passage entre Rive-de-Gier et Givors – au travers d’une zone commerciale étouffante et saturée – on voit derrière les coteaux agricoles du Jarez les premières vignes. Non loin de là on cultive les vins prestigieux de Condrieu. Le contraste est saisissant avec des logiques urbaines reconnaissables. De part en part de cette ligne de vie, le patrimoine post-industriel est toujours excessivement présent et montre une industrie qui persiste, mais ne cesse de décliner sans réussir à disparaitre totalement. Le passé est bruyant et l’ordinaire métropolitain contemporain aussi. Continuer la lecture de La vallée du Gier dans l’espace métropolitain

Immersion dans la ville ordinaire – Janvier 2014

Bus de la culture, liaison gratuite - Givors, Janvier 2014
Bus de la culture, liaison gratuite – Givors, Janvier 2014
Ville ordinaire - Genilac, Janvier 2014
Ville ordinaire – Genilac, Janvier 2014
Village de l'A47, friche urbaine - Saint-Romain-en-Gier, janvier 2014
Village de l’A47, friche urbaine – Saint-Romain-en-Gier, janvier 2014
Street-art entre Lyon et Sainté - Rive-de-Gier, janvier 2014
Street-art entre Lyon et Sainté – Rive-de-Gier, janvier 2014
La rue principale - un jour de semaine - midi - Rive-de-Gier, Janvier 2014
La rue principale – un jour de semaine – midi – Rive-de-Gier, Janvier 2014
Signalétique de l'écoquartier et marketing urbain...au bout du chemin, les usines - Saint-Chamond - Janvier 2014
Signalétique de l’écoquartier et marketing urbain…au bout du chemin, les usines – Saint-Chamond – Janvier 2014
Signalétique de l'écoquartier et marketing urbain...au bout du chemin, les usines - Saint-Chamond, janvier 2014
Signalétique de l’écoquartier et marketing urbain…au bout du chemin, les usines – Saint-Chamond, janvier 2014

Vallée du Gier 2014-2015

« Vallée du Gier 2014-2015 » est le blog d’une recherche menée dans le cadre de l’appel d’offres PUCA « ville ordinaire et métropolisation ».
Son objectif est de développer et de tester des dispositifs numériques et éditoriaux que des habitants puissent s’approprier, afin d’enrichir les modes d’expertise du territoire.
La fabrique de la ville ordinaire peut-elle se pratiquer dans le partage et la confrontation des différentes expertises ?