De l’intervention sociologique à la démocratie dite participative en passant par le goût de l’observation (ou inversement)

Il s’agit de présenter ici rapidement des livres issus de la recherche en sciences sociales qui nous ont inspiré et aidé à répondre à l’appel d’offres du Ministère de l’écologie (PUCA) fin 2013. Il s’agit aussi de lectures ultérieures en cours de projet, qui peuvent nourrir les chercheurs ou les habitants qui ont bien voulu s’intéresser à notre travail.

Couramment, la recherche en sciences sociales ou les sciences appliquées (urbanisme, aménagement du territoire) ne font pas des habitants des partenaires inscrits dans une relation égalitaire ou équilibrée avec les professionnels et les élus. De même, professionnels et élus n’ont pas la même culture, ni les mêmes intérêts. Dans l’ouvrage collectif L’implication des habitants dans la fabrication de la ville : métiers et pratiques en question (Biau, Fenker et Macaire, Ramau 6 novembre 2013, éditions de la Villette), les auteurs dressent un constat sévère des procédures participatives, quelles soient obligatoires ou volontaires. La très forte résistance des cultures professionnelles à un échange avec les habitants interroge notamment les modes de formation et de reproduction des différentes spécialités. Les dispositifs étudiés montrent que l’échelle temporelle et spatiale des dispositifs et la compression des sujets de délibération empêchent toute coproduction et jettent le soupçon sur la plupart de ces dispositifs. En contrepoint, la première partie intitulée « la montée de l’expertise habitante » montre comment la dépolitisation et l’incompétence habitantes ne peuvent être tenues pour vraies et que le maintien du « grand partage » entre « savoir profane » et « savoir savant » (l’expertise) est largement responsable de cette dérive occupationnelle de la démocratie dite participative. Les habitants et leur habiter sont disqualifiés et découpés en morceaux : riverains, usagers, profanes, électeurs, etc.

Le livre L’intervention sociologique, histoire(s) et actualités d’une méthode (Cousin et Rui, 2010, PUR) revient sur une méthodologie née dans les années 70 pour étudier les mouvements sociaux puis transformée progressivement pour pouvoir étudier des situations marquées par l’incertitude, la précarité, les conflits sociaux.

Le livre La galère, jeunes en survie (Dubet et al., 1987, Fayard) est un exemple de ces recherches très ambitieuses et en même temps marquées par la fragilité des dispositifs, le doute permanent, mais la réalité d’une coproduction d’une connaissance par des chercheurs et des groupes hétérogènes d’habitants. Par la difficulté à grouper des habitants pour délibérer sur la société (angoisse permanente des chercheurs), les auteurs montrent qu’il ne s’agit pas que de désintérêt, mais de phénomènes complexes, affinités locales, manque de crédibilité des chercheurs, manque de disponibilités ou d’intérêts (au sens fort) des habitants, voire risque d’augmenter l’angoisse sociale en développant une analyse objectivante de situations difficiles sans outils pour les modifier. Nous ne faisons bien sûr aucun usage de cette méthodologie très particulière, cependant nous avons quelques affinités – nous-mêmes bricolons.

La question de l’observation, à la fois du côté des chercheurs, Le sens de l’observation, comprendre et pratiquer l’observation participante en sciences sociales (Peneff, 2009, La Découverte) comme du côté des habitants, La ville est à nous, manuel pour une lecture de l’espace urbain (Ne Pas Plier, De Bary, 2010, Ne Pas Plier) apparaît centrale. Il est facile de constater que les pratiques des chercheurs, inspirés notamment de l’empirisme radical d’Howard Becker, et celles de associatifs et des intervenants en milieu scolaire, se ressemblent beaucoup, mais ne se citent pas et semblent s’ignorer. Que penser alors du rôle de l’Université à ce moment dans la société ? L’abondance des propositions, des postures, des contraintes créatrices se retrouve aussi dans les ressources mobilisées dans les ateliers d’écriture (au sens large). Ce goût de l’observation semble bien partagé, alors nous pouvons en faire quelque chose assurément.

En déconstruisant quelques pères fondateurs de l’ethnologie (Malinowski, Leiris, Lévi-Strauss), le livre L’expérience de terrain, pour une approche relationnelle dans les sciences sociales (Mohia, 2008, La Découverte) revient sur la mise en objet des sujets habitants étudiés par le chercheur, sur « l’objectivisme tenace » qui évacue « la relation à l’autre ». Or, « il n’existe pas de réel humain en dehors de la relation à l’autre. L’expérience relationnelle de terrain précède nécessairement l’enquête sur un objet donné. » Comme Peneff, Mohia montre les ravages que produit l’usage excessif de la théorie, elle-même pré-définie, contre l’expérience relationnelle du terrain. L’ouvrage Les sciences de l’imprécis (Moles, 1990, Le Seuil) aux trouvailles extraordinaires malgré l’insouciance technophile de son auteur, ouvrent à la psychogéographie, cette intégration des subjectivités dans des procédures scientifiques. Augustin Berque, dans Poétique de la Terre, Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie (2014, Belin) revient sur le sens de la relation d’une société à son environnement. Le projet de « renaturer la culture, reculturer la nature par l’histoire » invite à faire retour sur le mythe du sujet individuel libre de tout environnement, de tout cosmos et à regarder le territoire comme une construction relationnelle. De même, Une autre histoire des « trente glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre (Pessis, Topçu et Bonneuil, 2013, La Découverte) invite à revisiter non classiquement le récit national, mais le récit du progrès comme récit national autoritaire. Acceptons-nous encore aujourd’hui aussi facilement cette expression de « trente glorieuses » (Fourastié, 1979), comme nous acceptons le mot de crise ?

Dans tous ces textes, nous nous voyons aussi en miroir, chercheurs modestes, à l’œuvre dans un territoire, la vallée du Gier, avec des habitants, ceux que nous avons pu solliciter et qui ont accepté de nous rencontrer. Habités par le doute, nous cherchons à produire avec ceux qui acceptent de le faire un état de « l’habiter » de cette vallée, forcément lacunaire, mais pouvant, par son existence même, produire des interactions actuelles et à venir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *