[livraison 3, 19 avril 2014, bis]

Esquisse d’un outil

Nous connaissons « l’artiste en résidence », beaucoup de territoires se sont emparés de cet outil né du croisement de la grande culture et de l’éducation populaire dans des politiques culturelles territorialisées, avec des optiques et des effets variables.
Nous connaissons le chercheur immergé en observation participante et mode ethnographique, pratiquant cet art de la disparition qu’on se meut de plus en plus relocalisé, indigénisé et slow-science (un acte qui serait peut-être aujourd’hui une prise de risque pour une carrière ultérieure).
Nous connaissons aussi les parachutages, les « descentes », la « recherche-commando » et même hors-sol, souvent mieux rémunérée et s’appuyant sur d’autres registres. Et toutes les figures intermédiaires, celle, indigène, du chercheur de/dans son propre territoire, comme celle de la commande publique locale cherchant à certifier un processus, un projet de territoire. « Marie-Antoinette » en est une autre, qui joue à la paysanne à Versailles. Cette figure du chercheur qui voudrait en être plus qu’il n’en est réellement vaut bien dans l’imposture celle du chercheur qui ne salit ni ses mains, ni ses chaussures.
Notre projet est aussi de dépasser « Marie-Antoinette » par un compagnonnage associant présentiel discontinu et relation numérique à distance potentiellement plus continue, avec des acteurs locaux prenant la recherche comme une ressource mobilisable par eux et pour leurs propres objectifs. Penser la recherche et la nébuleuse universitaire comme des ressources pour les habitants est peut-être novateur, mais oblige aussi à l’invention des outils qui la rendraient praticable, à différentes échelles.

Cette semaine dans la vallée a permis d’avancer sur l’outil commun permettant d’articuler des gestes (les gestes du web, de l’atelier d’écriture, des parcours, etc) et des formes (le web-documentaire, le livre papier, le débat public) rarement associées.

Il y a au centre de notre proposition une base de données LoCast modifiée (création du MIT réutilisée dans de nombreux projets dans le monde) appelée provisoirement Vallée du Gier, expertise partagée dans la ville ordinaire et accessible en ligne.

Cette base de données publique en accès libre regroupe les administrateurs (chercheurs et quelques habitants fortement investis gérant l’outil), modérateurs (autres habitants pouvant valider de nouveaux contenus), contributeurs (habitants déposant des contenus) et utilisateurs (habitants consultant des contenus).

Les contenus numériques sont des images fixes ou animées, sons, textes et autres données, plutôt dans des formats courts ou intermédiaires facilitant des mises en relation et des consultations en ligne. Tous sont accompagnés d’une notice détaillée explicitant l’insertion du document dans le corpus commun et les liens à créer. Les documents vont du repérage brut (captations, traces, etc) aux formes élaborées (montage, construction, extraction) incluant tous les registres de l’humain : récit, fiction, poésie, essai, etc. Taggés à partir de notre cartographie initiale des identités, territoires, mobilités et controverses, les documents sont chapitrés au fur et à mesure et peuvent être appelés, reliés, scénarisés. Les « chapitres » sont régulièrement actualisés par les administrateurs.

Une carte, un axe chronologique, un nuage de mots permettent la découverte simple de l’outil par de nouveaux usagers. Une attention est portée à l’amorçage de l’outil, lors des premiers dépôts, tant en diversité des contenus, qu’en technicité d’accès (facilitation) et perspectives d’intéressement sur la durée. Les conditions juridiques de dépôt et de consultation sont précisées et conformes aux recommandations recherche de la CNIL, les droits d’auteur sont gérés explicitement. À aucun moment, l’outil numérique ne supprime le face-à-face et l’échange analogique, il le complète, il l’augmente.

C’est le début d’une archive territoriale commune, organisée et co-gérée. Pour qu’elle vive, il faut que les chercheurs acceptent d’en perdre un peu (mais pas complètement) le contrôle. Il faut qu’elle existe dans la pluralité et que des formes de contradictions internes soient possibles.

De ce laboratoire, de cette fabrique numérique du territoire (FabTer), de cette ressourcerie, de ce tiers-lieu, et dans le temps de notre projet, nous pouvons espérer faire naître trois « formes brèves » : un guide indigène de (dé)tourisme de la vallée du Gier, un web-documentaire conçu dans les mêmes termes, c’est-à-dire élaboré et signé collectivement, et enfin, les temps de restitution et de débat public liés à ces deux premiers objets. Mais le Tiers-Lieu de la vallée du Gier, comme les objets produits grâce à lui, peuvent continuer à vivre dans la société locale et à représenter une socialisation commune du territoire, au delà du temps de la recherche. Peut-être.

Faire géographie ensemble. Faire société dans le territoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *