[livraison 2, 19 avril 2014]

Retour critique

Avril 2014, quatrième passage en vallée du Gier : revoir des personnes déjà rencontrées, approfondir l’échange et le soumettre à un retour critique collectif d’habitants, aller où nous ne nous sommes pas encore allés et parler avec qui nous n’avons pas encore parlé. Identifier les biais de toutes les sortes pour les réduire. Laver notre ligne sale de chercheurs en groupe de recherche [cette semaine, Aziz, Jean-Michel, Fanny et moi-même sur place, au loin un informaticien], écouter, se montrer, dire, observer, imaginer, énoncer, renoncer, reformuler, stabiliser, tester, accepter la pluralité tout en fabriquant un outil commun lisible pour nos interlocuteurs. Donner des ordres de grandeur plausibles et des lignes de désir suffisantes pour conduire une action partagée sur l’année qui vient (septembre 2014 à juin 2015). Nous donner comme ressources aux gens que nous rencontrons, comme ils acceptent de se donner eux-mêmes comme ressources à ce qu’on appelle « la recherche ». De cet échange peut naître cette pratique de « l’expertise partagée » que nous avions inventée et mobilisée pour répondre à l’appel d’offres du ministère de l’Écologie (anciennement de l’Équipement). Peut-être. Du moins, en l’absence de cet échange authentique, l’idée seule aura existé. Le fait qu’il s’agisse d’une recherche financée par l’État (le bureau d’études d’un Ministère), nous semble être reçu positivement, gage de sérieux et d’utilité sociale. De fait, même parmi les quelques interlocuteurs critiques ou sceptiques de la vallée (et/ou étonnés des raisons de notre choix de terrain), personne ne vient mettre en cause cet aspect d’une recherche publique, au contraire.

Dimanche 13 avril, nous descendons la haute vallée du Gier avec Sara, une collègue géographe de l’Université de Saint-Étienne. Montés en stop tôt le matin depuis la métropole du design, nous gagnons à pied la Jasserie, dans les hauts du Pilat, et la source du Gier, pour arriver vers 19 h au centre-ville de Saint-Chamond, et y reprendre le bus pour Châteaucreux. Envisagée pour elle-même (l’exploration, le diagnostic en marchant, la divagation, le sensible, le direct, la beauté du geste dans le territoire), cette randonnée est aussi un repérage pour une possible descente partagée du Gier à l’automne, habitants et chercheurs. La richesse paysagère de la haute vallée est impressionnante. Des archéologies improbables (micro-centrale ou remonte-pente repris par la rouille, barrage désaffecté) ou temporaires (la retenue du barrage de la Valla-en-Gier vidée pour réparation livrant une spectaculaire géomorphologie sub-désertique) aux formes mixtes ou suspendues, alternances de confluences et de biefs plus ou moins entretenus, enfermement progressif du torrent dans l’urbain jusqu’à son effacement dans l’ancienne commune d’Izieux, à l’entrée dans les premiers châteaux industriels du fond de la vallée. S’intéresser au haut Gier, c’est aussi questionner à nouveau l’identité de cette vallée et l’échelle de notre recherche. Certainement, c’est élargir notre terrain d’étude vers les hauts et, notamment ceux du Pilat, mais aussi ceux d’en face, Jarez et Monts du Lyonnais. Cette vallée est-elle dissymétrique, l’a-t-elle été, l’est-elle encore ? L’IGN en obligeant à l’achat de trois cartes 1/25000 (2933 ET Massif du Pilat-Saint-Étienne-Saint-Chamond, 2932 ET Monts du Lyonnais et 3032 OT Oullins Givors) rajoute la fragmentation à la dissymétrie : avec des ciseaux et du scotch, seulement, nous pouvons créer une carte IGN de la vallée du Gier (c’est aussi possible sur Géoportail). Cet acte d’identité territoriale est à notre portée. Il sera fait.

Le prochain texte évoquera la construction de l’outil de recherche permettant d’articuler « guide indigène » et « web-documentaire ». Mais, ce lundi 14 avril, nous tenons une première réunion pour échanger collectivement avec une douzaine de nos interlocuteurs rencontrés lors de nos précédents passages. Il s’agit certes de parler des outils, mais d’abord des contenus échangés. De quoi une recherche est-elle constituée, si ce n’est largement d’informations porteuses de sens pour les acteurs concernés, informations elles-mêmes constituées en systèmes reliés. C’est donc à une sorte de cartographie confrontée et partagée que nous procédons progressivement, et notamment ce lundi soir. À ce moment du travail (la cartographie initiale, celle qui permettra d’ouvrir en grand la recherche), il nous apparaît que le patrimoine, l’histoire et la mémoire occupent dans la culture de la vallée une place très importante, que nous vérifierons encore en fin de semaine avec les « mémoires immigrées » de Saint-Chamond. Il n’est pas lieu, ni de notre rôle, d’incriminer les professionnels du patrimoine légitime, ni les artisans d’une mémoire ouvrière et immigrée de la « route sans joie » (la RN 88), mais plutôt de questionner les usages qui sont faits de ces matières et de ces actes. C’est notamment ici, que nous pouvons répondre à ceux qui nous demandent quel est exactement l’objectif de la recherche : se servir des rétroviseurs certainement, mais donner à la délibération contemporaine de la société locale dans son territoire et toutes ses externalités, toute sa force. Faire géographie commune.

Soirée de présentation de la recherche - Rive de Gier, Avril 2014
Soirée de présentation de la recherche – Rive de Gier, Avril 2014
Soirée de présentation de la recherche - Rive de Gier, Avril 2014
Soirée de présentation de la recherche – Rive de Gier, Avril 2014
Soirée de présentation de la recherche - Rive de Gier, Avril 2014
Soirée de présentation de la recherche – Rive de Gier, Avril 2014

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *