[livraison 1, 20 février 2014]

Tentative d’immersion

Février 2014, c’est mon troisième passage en vallée du Gier, quelques jours entre Givors et Saint-Chamond. Le territoire n’est pas construit comme un espace touristique, il n’offre pas ou marginalement de cadre standardisé pour être saisi positivement par le visiteur. Construit partiellement comme espace de transit entre deux métropoles, voire entre Ouest et Est de la France (l’A47, le TER), le territoire est néanmoins mis en scène depuis ces circulations que l’on sait importantes et même saturées. De là vient sans doute la mauvaise image souvent véhiculée par des personnes extérieures à la vallée et l’ayant traversée en voiture : un urbanisme calamiteux, un trafic dense, un enfermement, des traces industrielles et rurales déjà à l’abandon, la déréliction d’un territoire. Celui-ci s’apprécie donc autrement. D’abord par des circulations à d’autres échelles et qui s’éloignent du simple transit, et par la parole, c’est-à-dire les gens qui font, qui sont du territoire.

Mon troisième passage, le plus bavard, est donc le plus riche et il donne accès des segments de la société, des morceaux du territoire qu’il est impossible de reconnaître autrement. La qualité du territoire, ce n’est donc pas seulement la qualité du bâti, d’infrastructures, de lignes paysagères, ni même de mesures techniques de la biodiversité, du potentiel fiscal ou du bruit, c’est la relation des habitants entre eux et avec le territoire, seule à même de (ré)organiser la perception du territoire par ceux qui en usent principalement et par les visiteurs. C’est l’objet même de notre recherche, l’expertise habitante, un mot bien méchant pour dire que les premiers concernés ont un savoir géographique, indigène, localisé, mais aussi multiscalaire et relié à l’extérieur du territoire par de nombreux liens que les migrations voisines ou lointaines, anciennes ou récentes, nourrissent dans la durée.La diversité est un trait du territoire, comme cette tension entre les échelles d’action : être un espace de vie et à la fois un espace de transit. Se poser les questions de son devenir, rester/quitter/venir en vallée du Gier.

Pas de photographies cette fois-ci. Charlène, la jeune urbaniste en stage en janvier, a de son côté choisi de photographier toutes les personnes qu’elle avait rencontrées en entretien. C’est un beau retour, un autre mode paysager, une signature ethnographique habile de l’habitant, maintenant utilisée abondamment par les compagnies artistiques qui investissent la question du territoire. Une partie de la parole de mes entretiens est donc stockée dans un cahier à spirales. Feuilles détachables, reclassables, souplesse du support et modestie de l’emprise sur la personne interviewée. C’est en regardant ce carnet que j’écris ce court texte. Cette fois-ci, nous rencontrons beaucoup de gens liés à l’action publique, urbaine, culturelle, sociale. Certains diraient que c’est une des couches de la vallée, un peu comme dans un système d’informations géographiques, la couche de l’action publique et des acteurs semi-publics. Mais, de Givors à Saint-Chamond, nous voyons autant la fonction publique territoriale, souvent fortement diplômée et résidant peu dans le fond de la vallée, qu’un ensemble de gens aux nombreuses porosités avec le territoire, leurs voisins, leurs « usagers », les gens pour qui ils travaillent. Ils portent des discours sur le territoire et ceux-ci ne sont pas la copie de la littérature réglementaire de l’aménagement du territoire et des politiques publiques.

Nous essayons de remonter des carnets d’adresses comme nous remontons le Gier. La question de la crise est assez vite retraduite en qualités du territoire, c’est-à-dire à la fois en l’expérience de la qualité des lieux et de ceux qui y vivent. À la liste des non-qualités servie comme une soupe à la grimace post-industrielle s’ajoute l’inventaire de qualités, désordonnées à ce stade pour le visiteur, tant elles partent des différents secteurs de la vallée et qu’elles viennent frotter les tensions et conflits que nous apercevons au même moment. La vallée est un espace de frontières, de concurrence, de rapports de force, qui lui appartiennent et qu’elle partage aussi avec de grosses entités extérieures, bien plus grosses qu’elle. Personnalisation ou « géographisme » comme nous disons : je commence à parler de la vallée du Gier comme d’une personne. Cela se peut-il autrement que sous la forme d’une métaphore, d’une image ? Nous questionnons ici l’identité dans un espace que nous avons, par hypothèse, choisi comme un espace de « ville ordinaire » dans la « métropolisation ». Nombreux sont nos interlocuteurs qui, par une connaissance intime de la vallée théorisent ce qu’elle est ou n’est pas. Ce point est intéressant, car il est un des ressorts de l’intérêt pour notre propre projet, car, comment s’intéresser à son espace de vie, s’il n’est qu’un pur élément matériel soumis à la simple loi des marchés immobilier et du travail. La vie, c’est cela, mais c’est aussi autre chose.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *