[livraison 5, 19 septembre 2014]

L’ouverture de la saison

Septembre 2014, nous ouvrons formellement la partie publique du projet de recherche. Un flyer tiré à 3000 exemplaires est dans nos bagages. L’agenda des événements se remplit peu à peu. Le labo, notre plate-forme numérique d’intégration des données est opérationnel, malgré des derniers bugs que nous corrigeons.

Vendredi 12 septembre, arrivée solitaire du chercheur, géographe et animateur d’atelier d’écriture (notamment) à la gare de Givors, après le transfert de charge TGV/TER à Lyon Part-Dieu, un moment qui reste systématiquement de cohue (la gare lyonnaise devenue surchargée ou sous-dimensionnée, selon le point de vue et dont j’éprouve la saturation sécuritaire à chaque trajet), mais aussi de grande incertitude paysagère. Depuis les quais, la tour Part-Dieu (« le crayon ») semble exemplaire de la fragilité de l’architecture iconique, projetant dans les airs de 2014 une skyline très dégradée d’aire d’autoroute, entre le resto-grill et l’entrepôt, au cœur de la seconde agglomération française. Les immeubles les plus proches confirment ce sentiment à forte subjectivité. Comment la modernité se conserve-t-elle ?

Je loge ce soir là à la Cité des étoiles, dans le centre-ville de Givors. Le travail de Jean Renaudie, que j’ai pu aussi parcourir à Ivry[1] est étonnant. Adossé à la colline qui domine le vieux centre de Givors, l’ensemble apparaît labyrinthique et visuellement confus, mais c’est l’habiter et même la disparition (au sens de Perec) dans ce micro-quartier qui enthousiasment le visiteur.

givors1

Ci-dessus, vue de la boulangerie-café de la place, la cité des étoiles est un peu terne. (archives du 9 janvier 2014, pour les deux photos)

givors2

Ci-dessous, vue du haut de la cité, l’insertion paysagère est bien plus convaincante.

Quoiqu’il en soit, c’est bien « l’habiter » que nous pratiquons et cherchons. Nous ne vivons pas dans des cartes postales, mais dans des lieux réels, appropriés, expérimentés, incorporés.

Le logement occupé cette nuit là me semble plein de qualités urbaines : il ouvre par ses larges vitrages et ses nombreuses terrasses un échange entre les espaces public-privé devenu inhabituel dans le logement collectif. Bref, il me séduit. Ce micro-quartier provoque l’intérêt. Nous rencontrons deux habitantes cette semaine-là et nos partenaires (médiathèque, théâtre, et peut-être journal régional) sont dans les premiers niveaux. D’autres quartiers dans la vallée provoquent de tels intérêts, c’est la question des qualités urbaines, des qualités du territoire et du comment s’en saisir, les questionner, reconnaître, et pour en faire quoi ? À l’instar de quartiers urbains centraux ou périphériques des villes de la vallée, la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez en fait partie. Un documentaire diffusé sur Arte quelques jours plus tard renforce mon intérêt : ce village qui occupe un ancien établissement monastique créé au 13ème siècle présente des caractéristiques qui pourraient l’apparenter aux écoquartiers et le relier aux labels de l’urbanisme durable. Pouvons-nous explorer ces pistes d’un urbanisme soutenable par anticipation en soumettant la Chartreuse à un échantillon de labels et de certification 2014 ? C’est peut-être là une commande bien moins farfelue qu’il n’y paraît pour les étudiants urbanistes qui arrivent bientôt dans la vallée.

Cette semaine, nous continuons à monter notre agenda « nuits de l’écriture », dans les trois grandes villes de la vallée et, via la médiathèque de la Grand-Croix, nous tentons également de toucher les petites communes du Syndicat intercommunal du pays du Gier. Cela nous oblige à recadrer sans cesse entre nous et avec nos interlocuteurs, ce qui peut faire sens dans un événement public lié à la recherche, et plus précisément à la recherche-action. Il ne s’agit pas de classique vulgarisation, ni d’une pure activité documentaire, ni encore d’une démonstration de puissance, même si ces aspects sont présents qu’on le veuille ou non. Il y aurait plutôt désir d’élaboration, questionnement, investigation, délibération au sens de notre intérêt pour la géographie et l’urbanisme, attention flottante aux nouvelles questions de l’habiter. Le désir de surgissement d’une géographie partagée entre habitants, professionnels et chercheurs – un fantasme diront les apôtres de la pensée ingénieure et représentative. La tâche n’est pas aisée : convaincre, sans faire peur, sans brider, co-construire. Nous nous engageons à élaborer un document-cadre pour la préparation de ces événements. On nous fait remarquer que le nocturne exclusif privera certaines personnes de participation : nous acquiesçons à ce « retour du terrain » (tout simplement, un dialogue suivi d’effet) et allons plus sûrement vers un « midi-minuit », plus riche de diversité d’ambiances humaine et urbaine. Le processus de création des événements nous intéresse d’abord :  quelles questions, quelles activités proposer, avec quels partenaires sur place. Si nous amenons des propositions d’outils, nous ne sommes pas des animateurs et voulons d’abord provoquer la création d’un réseau temporaire, éphémère peut-être (ou pas, au mieux) qui permet la réalisation partagée, dans chaque lieu, et peut-être entre les différents lieux d’événements. C’est ici que le concept d’expertise habitante peut commencer d’apparaître. Encore faut-il provoquer son attention (que des gens se mobilisent) et ne pas le brider en reproduisant des grilles déjà figées.

Cette semaine, nous nous rendons compte aussi que nos perceptions, attentes et expériences agissent différemment sur notre vécu du projet. Nous partageons ou plutôt déclinons chacun des inquiétudes différentes : trop d’engagements, trop d’affects (mais chacun voit d’abord l’affect chez l’autre), peur d’exploser le cadre de travail de notre budget PUCA et d’oublier nos objectifs et le caractère modeste de toute recherche (ainsi que le caractère déceptif de la plupart des recherches), conditions de vie sur place fatigantes (non hôtelières, logement dans notre réseau amical ou familial, avec ses qualités et ses contraintes) qui ne sont pas sans effet sur notre immersion, mais aussi absorption par le local. Bref, il y a de la fatigue et nous revenons épuisés de ces semaines dans la vallée du Gier. Nous avons très logiquement pendant et à la suite de cette semaine des échanges approfondis entre nous : rapport excessif au terrain selon des axes personnels : proximité indigène, proximité thématique, trajectoires et contextes personnels différents, modes d’organisation personnels du travail. La vie n’est que réglages. Sur place, l’accueil plutôt ouvert dans l’ensemble a connu aussi quelques pointements hostiles : soupçon adressé au chercheur, qui vient, collecte et disparaît, syndrome de l’escroc ou simple expression d’un auto-suffisance localiste (désolé, nous n’avons besoin de rien). Il n’est pas toujours simple d’agir en ces circonstances et différentes stratégies sont utilisées. Sentiment aussi bien sûr que nous sommes usés, utilisés quand on veut bien de nous, et, c’est là un juste retour des choses que nous devons prendre en compte. Dans l’échange de ressources entre chercheurs, professionnels et habitants, nous ne disons pas autre chose, encore faut-il l’expliciter comme  un élément déterminant des conditions de la recherche-action, voire comme son objet même. Car quand l’échange de ressources est réussi pour toutes les parties, qui donc irait se plaindre ?

Je retiens aussi de cette semaine que dans chaque rencontre ou entretien, il y a toujours la titraille d’un chapitre (ou plus) que nous adressent nos interlocuteurs. Pourrions-nous ouvrir dans le labo numérique un grand chapitre de tous les chapitres potentiels ? Donnons quelques exemples, un peu provocants parfois, glanés pendant cette semaine : « Ici, y a rien / rien de général / rien de réputé » (des lycéens à propos du post-bac) ; « vivre en vase clos », « la fossilisation des structures » (des professionnels) ; « la mise en banlieue de la vallée » (des élus) ; « expertise d’usage », « marges de manœuvre » (des professionnels) ; « y a des secrets dans la vallée », « on existe » (des élus issus du territoire) ;  « ne pas être technicien, être animalier », « mais ça bataille, je pensais que cela irait plus vite », « avant la vallée était sale, mais c’était pas pareil, y avait du travail » (des associatifs) ; « la colline, c’est tous les mêmes » (des professionnels citant des habitants) ; « des tableaux de la vallée en mobylette » (des professionnels) ; « c’est pour la tune », « nous on est allé directement voir le maire pour l’interviewer » (des lycéens) ; « la clim’ Allah, elle est gratuite, celle-là, c’est pour tout le monde » (des habitants) ; « on se plaint, mais bon, on est de Givors, on est chez nous » (des habitants) ; « la théorie, tu l’aimes ou tu la quittes (des chercheurs). Etc. La journée au lycée Brassens de Rive-de-Gier a été étonnante : malgré la lourdeur des effectifs et le caractère inhabituel de la démarche, les groupes de lycéen-ne-s réagissent avec vivacité et documentent le dehors et le dedans du lycée. Nous rencontrons bien sûr des difficultés techniques (modèles de téléphones, batteries, connections, etc), mais l’humain est là, qu’il faudrait faire prospérer : il nous a semblé qu’existait là un « Laboratoire Mobile Adolescent » prometteur. Comment lui donner une possibilité de réalisation ?

Bref, la prochaine fois, ne devrions-nous tout simplement pas alléger notre agenda ? D’une part en nous concentrant de manière collaborative et pragmatique sur la préparation des « midi-minuit », axe central de notre dispositif permettant de mobiliser toutes sortes d’acteurs, professionnels et habitants, tous les outils proposés et le questionnement géographique incrémental, tout en recevant/acceptant les usages, les propositions et les inventions de nos partenaires, et d’autre part en nous ré-alimentant ordinairement d’activités ordinaires, déambulatoires, sportives, amicales, gratuites, fantaisistes, poétiques afin de nous nourrir également de ce territoire d’une façon autre que l’aliénation par le travail, fût-il passionnant.


[1] L’association de géographie habitante « Ne pas plier » occupe le dernier étage de l’immeuble le plus haut dans le centre d’Ivry.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *