[livraison 4, 6 juillet 2014]

Le « travail » comme interaction

préambule : la relecture continue de toutes ces notes « chemin faisant » amènera sans doute d’autres doutes sur nos répétitions ou enferrements, mais écrire sensiblement et immédiatement est ici et pour le moment privilégié. « Chemin faisant », c’est un retour immédiat et subjectif sur une semaine passée dans la vallée.

Qu’est-ce qui fait « travail » dans un projet de recherche en sciences sociales ? Ici, nous mesurons combien le travail entre les chercheurs est nécessaire à l’avancement du travail avec les habitants, lesquels permettent simultanément aux chercheurs d’avancer. Les (des) habitants parlent au même moment entre eux des chercheurs, de ce qu’ils sont et du sens de leur présence. De fait, la recherche est bien une interaction et non une action surplombante de « l’extériorité scientifique ». L’interaction (faible et forte), c’est la forme principale du processus, c’est ce qui fait « travail » sans nul doute et qui, certainement occupe la majeure partie du temps de cette recherche. Le programme de cette semaine est de finaliser l’offre publique de la recherche-action qui sera publicisée à partir de septembre prochain. La finaliser entre nous, chercheurs, et par des rencontres avec quelques acteurs locaux déjà rencontrés et fortement investis sur le territoire. La question des ressources échangées dans ces interactions paraît fondamentale : ressources contre ressources ? Cela répond peut-être humblement à la crise de confiance envers la recherche, voire envers l’action publique extérieure, relevée et argumentée par Jean Peneff dans Le goût de l’observation, par Guillaume Faburel dans La place des habitants dans la fabrique de la ville, par Marie Cartier et consorts dans La France des « petits-moyens, enquête sur la banlieue pavillonnaire ou par Fanny lorsqu’elle évoque avec nous les rencontres récentes entre les mondes de l’université de Grenoble et du quartier d’habitat social de Villeneuve séparés par une simple rue, dans un contexte « post-événements urbains».

 – Quelle est l’utilité de la recherche ?

C’est une question qui revient chez des « enquêtés » de Villeneuve présents dans cette rencontre, habitants parfois devenus eux-mêmes experts de l’interaction avec les chercheurs ou les médiateurs de l’urbain. Il faudrait ici administrer à « l’habitant » la preuve d’une utilité sociale, dont nous savons, notamment par le « pacte de non-lecture » qui sourd du monde de la recherche et de l’aménagement, que celle-ci est à voir au cas par cas. La perte en ligne des productions de la recherche faute de lecteurs, de débats, de transgressions du champ initial de production vers d’autres champs de la société, la faible lisibilité, la faible socialisation, la faible contribution à la délibération commune, le déficit d’engagement ou les phénomènes de ritualisation, de fictionnalisation sont énormes. Si société de la connaissance il y a, celle-ci est soumise à des tensions, des fractures, brisures, absences, frilosités, évaporations, redondances, bégaiements, euphémisations, saturations. Nous rencontrons certaines de ces réactions de défiance et d’évitement : responsables publics ou para-publics, militants associatifs, habitants « ordinaires ». Nos collègues de la Cartonnerie1 de Saint-Étienne nous la rapportent dans leur propre contexte professionnel métropolitain : une très faible reconnaissance institutionnelle de la recherche-action habitante qui échappe, sans doute par définition, aux évaluations quantitatives des opérateurs et ne convainc que les professionnels issus du territoire parce que leur propre registre d’évaluation est différent. Un déni de cet apport collaboratif au projet urbain ou comment dire et faire la ville sans ses habitants.

Dans l’échange de ressources entre chercheurs et habitants, en vrac, dans notre bagage : la mobilisation d’un atelier d’urbanisme de master (étudiants français et étrangers) auprès de la municipalité de Rive-de-Gier, l’apport d’autres expériences urbaines à même de nourrir la réflexivité d’acteurs locaux investis, la reconnaissance des qualités de la société locale à travers une forme d’épistémologie de terrain, le nourrissement de formes scolaires et associatives. Et toujours la modestie et l’humilité de notre petite entreprise.

Voilà en tous cas ce que nous projetons d’adresser aux habitants dans une systématique de lieux collectifs à informer à la rentrée (bibliothèques, centres socio-culturels, cafés, associations, etc) ainsi que dans les interactions directes d’individu à individu. L’idée est de (re)mettre la technique à l’arrière-plan et le sens de l’action devant, tout en nommant clairement nos objets.

« Voyage-s dans la vallée »

« Voyage-s dans la vallée » est une recherche collective sur la vallée du Gier, la ville ordinaire et la vie quotidienne entre deux métropoles, Saint-Étienne et Lyon, ce territoire entre Saint-Chamond et Givors, du fond de vallée aux coteaux … Notre idée est simple : si les habitants sont les meilleurs connaisseurs de leur territoire, les chercheurs, géographes et sociologues, doivent travailler avec eux.

Habiter la vallée du Gier en 2014,

ça veut dire quoi ?

Nous proposons de documenter ensemble la vallée et de poser les questions importantes aujourd’hui dans notre territoire, dans une vraie démarche d’intelligence collective indépendante. Nous pouvons utiliser des formes que nous connaissons tous : photographie, vidéo, carte, croquis, récit, histoire, essai, fiction, anticipation, poésie, etc.

« Voyage-s dans la vallée » est un projet collectif, basé sur des rencontres régulières, des activités partagées et une plate-forme numérique – entre septembre 2014 et juillet 2015.

Au terme de la recherche, en septembre 2015, nous produirons un livre papier, le guide indigène de (dé)tourisme de la vallée du Gier et un documentaire collaboratif en ligne.

Au dos du verso, une cartographie (subjective au sens où elle est éloignée des codes dits objectifs de la cartographie et cherche aussi à provoquer l’intérêt et le questionnement du territoire et des méthodologies), peut être simplement composée de la nomenclature communale placée et de quelques signes supplémentaires ou de questions déjà repérées.

Nous commençons à réfléchir à l’agenda 2014-2015, à la création sinon d’événements, du moins de situations d’interaction forte : nuit de l’écriture, marche vidéo, barbecue géographique, atelier d’édition, etc. Une manière de multiplier les formes, les modalités d’une participation tout en s’adossant aux gens qui déjà « font » pour en rencontrer d’autres qui découvriront une possibilité de participation à ce projet. L’interaction faible, c’est le passage par la presse, le mail, c’est la petite annonce, la bouteille à la mer.  L’interaction forte, c’est le faire ensemble.

En notre absence, une marche le long de la RN 88 a eu lieu de Firminy à Lyon. Pendant une dizaine de jours, le groupe de marcheurs, des chercheurs et militants locaux et des marcheurs italiens du groupe d’artistes radicaux italiens Stalker2 ont dessiné la figure de la passementerie le long de cette « route sans joie » (une appellation qui fait débat). Avec l’apparence d’une ligne droite, cette marche s’est en réalité constamment déplacée d’un côté à l’autre de la route des usines (souvent devenues friches, voire dents creuses), pour des visites et rencontres, préparées ou impromptues. Ici, la navette des marcheurs a circulé sur le fil routier de la forme industrielle. L’image de la machine à tisser n’est donc pas qu’une métaphore du temps, de l’histoire comme dans la fantasy d’Alvin le Faiseur (l’histoire comme tissage), elle est aussi ici une analogie géographique, socio-spatiale, du rapport aux lieux. Cette marche, par ses qualités de mise en jeu et de rencontre, interroge aussi notre principe de précaution : parler de la vie maintenant et demain, plutôt que celle du passé patrimonialisé. Faire société plutôt que musée. Le faire-ensemble un autre aspect de ce qui fera (nous l’espérons) « travail » dans la suite de notre recherche.

2 http://digilander.libero.it/stalkerlab/tarkowsky/manifesto/manifestFR.htm

« Percevoir l’écart, en accomplissant le passage, entre ce qui est sûr, quotidien et ce qui est incertain, à découvrir, génère une sensation de dépaysement, un état d’appréhension qui conduit à une intensification des capacités perceptives ; soudain, l’espace assume un sens; partout, la possibilité d’une découverte, la peur d’une rencontre non désirée ; le regard se fait pénétrant, l’oreille se met à l’écoute. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *