La vallée du Gier dans l’espace métropolitain

La Vallée du Gier

Au pied des coteaux du Pilat, sur une étendue linéaire de 30 km reliant les deux métropoles de Lyon et Saint-Étienne, la vallée du Gier est le deuxième axe de circulation TER en France (trafic annuel de 4 millions de voyages). Pour le passant motorisé (route ou train) qui emprunte la vallée du Gier par le TER ou l’A47, ce qui frappe et qui soutient le regard, c’est certainement ce paysage agro-industriel tout en contrastes paysagers et symétrie, d’ordre contemporain et urbain que le faisceau linéaire a finalement réussi à inscrire dans les imaginaires.

Au Km 4, dans l’un des virages autoroutiers de l’A47, l’un des plus dangereux de France, on découvre sur les coteaux une agriculture extensive, plus loin, la rivière creuse des gorges et, plus bas, avant l’arrivée du TER en gare de Givors, on aperçoit furtivement le lit majeur et dégagé du Gier. Enchainement de formes et de paysages « naturels » saisissants, cette autoroute est l’une des plus parcourues de France, le périurbain frappe à la porte – de la ville ordinaire à l’état pur.

Sur l’autoroute, au point de passage entre Rive-de-Gier et Givors – au travers d’une zone commerciale étouffante et saturée – on voit derrière les coteaux agricoles du Jarez les premières vignes. Non loin de là on cultive les vins prestigieux de Condrieu. Le contraste est saisissant avec des logiques urbaines reconnaissables. De part en part de cette ligne de vie, le patrimoine post-industriel est toujours excessivement présent et montre une industrie qui persiste, mais ne cesse de décliner sans réussir à disparaitre totalement. Le passé est bruyant et l’ordinaire métropolitain contemporain aussi.

La superposition des éléments de ce paysage est continue et incessante dessinant un territoire façonné par les hommes eux-mêmes, une vallée très fortement artificialisée et habitée : programmation spatiale individuelle, économie personnelle, acteur de leur vie hors du politique, souvent dans le communautaire (dans tous les sens du terme). Ici, dans la ville ordinaire, les gens et les genres s’entremêlent, parfois joyeusement et sans complexe, à la métropolisation – la subissant ou en en jouant.

Le fondement visible de ce méli-mélo ordinaire/métropolitain, c’est l’accroissement du tissu pavillonnaire qui s’inscrit et redessine la vallée, mais impacte surtout les petites communes des coteaux des Monts du Lyonnais, du Forez et du Jarez. Dans ces communes, une nouvelle population urbaine stéphanoise ou lyonnaise, attirée par le coût du foncier, investit les lieux rivalisant dans l’offre architecturale proposée entre style néo-roman et villa contemporaine.

Mais de nombreuses logiques résidentielles, économiques sociales s’articulent dans la vallée du Gier. Dans ce territoire, les habitants des logements sociaux (30 % du parc locatif) et des maisons individuelles (47 % des résidences principales au dernier recensement) se confondent, les uns et les autres se côtoient, parfois se fréquentent. Les raisons sont souvent familiales : un membre de la famille a « réussi », il habite en haut quand les autres, de nombreux autres, sont restés en bas au Dorlay, au Grand-Pont, à Fonsala. Ainsi des liens de plus en plus ténus s’établissent entre ce haut et ce bas.

Une proportion importante des emplois se situe dans le tertiaire, les transports et les différentes administrations publiques (69%), mais de nombreux actifs du territoire se déplacent régulièrement sur le faisceau entre Lyon et Saint-Étienne.

Enfin, socialement et culturellement, le terrain est traversé de nombreuses histoires aux logiques souvent complexes et alimentent de manière souvent invisible des dynamiques qui agissent du local au global. Du fond de vallée à l’histoire ouvrière et industrielle chaotique, aux coteaux dont le fonctionnement humain ne cesse de rappeler le monde paysan. Des gens d’ici et d’ailleurs, d’en bas et d’en haut, des pendulaires, Lyonnais, Stéphanois, sans-papiers, chômeurs, universitaires, retraités, ouvriers, mémoire ouvrière, culture prolétaire, paysanne, immigrée, indigène, jeunes, lycéens, militants associatifs, laïcs. Communes enclavées et/ou surplombantes, à la fois ligne de rencontre de passage et de fuite. Les images d’un territoire passé (industriel ou agricole) et dans le même temps au cœur de son époque, s’entrechoquent et racontent la ville ordinaire, celle du passant motorisé  qui emprunte la vallée du Gier.

La Vallée du Gier dans l'espace métropolitain


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *