Notre travail dans la Vallée du Gier

Définir la ville ordinaire ?

Nous ne savons pas exactement ce qu’est la ville ordinaire, sinon qu’elle est elle-même, par hypothèse, un espace de la diversité. Nous ne confondons pas ordinaire et normatif, ordinaire et pauvreté, ordinaire et laideur, ordinaire et déficit. Nous ne faisons pas non plus de l’ordinaire le meilleur de la ville, dans un renversement du stigmate. Nous voyons plutôt ordinairement l’ordinaire, au sens de la richesse intrinsèque de l’expérience urbaine. Ordinaire et singularité (de l’individu, de la micro-société, etc.) cohabitent. Il y a donc un intérêt à une approche partagée et habitante.

Nous nous intéressons ici plus particulièrement aux espaces ordinaires loin du centre métropolitain, espaces péri-urbains, diffus ou axés, flous. Nous nous intéressons à ces territoires qui sont proches de la limite métropolitaine. Celle-ci pensée en tant qu’espace frontalier plus que barrière est intéressante et multiforme : aubaines, passages, circulations, dégradés, friches, interstices, espaces intermédiaires, zones, centralités et flux secondaires, contrastes, arrangements, résilience, flottements, etc.

C’est un espace métropolitain périphérique, mais dont les habitants et travailleurs semblent largement muets dans le grand bruit médiatique de la métropole. Dans cette optique, le choix de la vallée du Gier entre les métropoles stéphanoise et lyonnaise nous paraît particulièrement heuristique.

Mais nous sentons aussi dans l’intitulé « ville ordinaire et métropolisation » une mise en question du dualisme des études urbaines. Une des formes principales que prend le dualisme est l’opposition entre savoirs experts et savoirs vernaculaires. « Les diverses défiances par rapport au bon sens, le mépris de la sagesse populaire, la stigmatisation du sens commun, nombreuses sont les modulations d’une séparation stricte entre le savoir savant et la connaissance ordinaire durant les deux siècles écoulés » (Auteur, Date). Cet appel d’offre sur la ville ordinaire nous paraît entretenir quelques liens avec certaines questions post-coloniales et que nous pouvons peut-être détourner à notre profit : le dualisme ville coloniale/ville indigène, les processus et réseaux informels, les capacités et encapacitations d’acteurs ordinaires, les mobilités et inscriptions multi-échelles à faible visibilité, le projet de relocalisation des savoirs, celui de construire une connaissance commune par-delà le dualisme des savoirs (autonomes/hétéronomes, locaux/lointains, ordinaires/savants), le bricolage généralisé.

L’approche est sensible, politique, relationnelle, semi-continue, empathique, distanciée.Elle inclut la connaissance experte. L’ensemble forme un système d’énonciation inscrit dans une équipe et un territoire.« L’énonciation excède le seul cadre linguistique, tout acte linguistique est toujours déjà acte social et, donc, spatial » (Bourdieu, 1982).Notre propos est alors de dire que l’étude de la ville ordinaire passe par :

– l’exploration d’une connaissance ordinaire : celle de l’habitant individué (politique, sensible, etc.), plus encore celle de l’habitant essentiellement relationnel, vivant dans des territoires, des circulations, des réseaux et des collectifs d’habitants, qui devient dans une approche déficitaire celle de l’habitant segmenté. Ailleurs, nous l’avons aussi appelé « l’indigène », celui qui a acquis une certaine expérience du territoire et qui en renouvelle l’identité (et dissout ainsi les partages ethnicisants simplistes du type « eux » et « nous »). Comment existe cette connaissance ordinaire sur la ville ordinaire ? Comment peut-elle produire de la connaissance collective et du politique ? Politique renvoie ici à des ressources et des rapports de force, de l’identité, en singularité comme en reconnaissance, aux territoires, aux échelles et aux mobilités.

– une éthique de la recherche partagée : la parole habitante, entendue comme la parole ordinaire, fait l’objet d’une politique de captation par de nombreux dispositifs publics ou semi-publics de participation au projet urbain de la métropole – avec un succès variable et rarement dans la ville ordinaire, qui justement est dans l’ombre du projet urbain. Lors des conflits urbains, y compris dans les territoires donnés pour silencieux, la montée rapide d’une contre-expertise habitante consistante montre comment des habitants ordinaires peuvent accéder et articuler des connaissances et des registres habituellement séparés. Nous tenons compte de l’existant, des concurrences sur cette parole et des qualités propres de l’ordinaire.

– l’articulation des techniques d’informations connectées et des techniques présentielles participantes : l’approche par les techniques d’informations connectées (certaines spécifiques et expérimentales, d’autres ordinaires et déjà diffuses) s’entend ici comme une entrée évidente dans le territoire d’étude, mais une entrée contrôlée et articulée avec des dispositifs présentiels, notamment collectifs, créés entièrement par nous ou au travers de réseaux ou de lieux existants dont nous cherchons la collaboration. C’est bien l’articulation des deux modes qui nous permet de parler d’hybridation de la recherche. Contributive et participante, la démarche requiert des formes d’immersion pour trouver nos partenaires ordinaires et construire une relation de qualité avec le territoire dans la durée du projet. La restitution en cours de recherche est partie intégrante de la démarche. Le multimédia 2.0 rejoint ici l’éditorial analogique.

Objectif de la Recherche

L’objectif global de cette recherche est de développer une expertise partagée pour mieux comprendre les dynamiques de la ville ordinaire dans le champ de force métropolitain ; penser la restitution comme partie prenante de l’expertise, utiliser les nouvelles pratiques urbaines comme levier de recherche.

Pour cela, nous proposons de tester des dispositifs et des méthodologies innovantes. Individuelles et collectives, numériques et éditoriales, habitantes et systémiques, celles-ci peuvent nous aider à penser la ville ordinaire et à en faire évoluer les différentes lectures et représentations. Il s’agit de nouvelles formes de recherche-action et de recherche immersive.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *